ACCUEIL - COMPETITION - MOTO GP - 2011 - les COURSES - Italie, Mugello
 
 
  les infos FIM
 
 
 
  les infos motogp.com
 
 
 
 
MOTO GP - Italie, Mugello
 
un petit bijou dans l'écrin du Mugello
 

Pour une fois qu'un Grand Prix ne se résume pas au cavalier seul d'un pilote, aussi brillant soit-il, on ne va pas se plaindre.

Bon, le maigre plateau et le peu de couples pilotes-moto réellement compétitifs au plus haut niveau n'arrange pas la situation et nous a fait apprécier à sa juste valeur le petit bijou de ce GP d'Italie dans l'écrin du Mugello.

Du travail d'orfèvre signé Jorge Lorenzo qui a scellé un beau retour sur la plus haute marche du podium en distillant une course intelligente peut-être favorisée par un mauvais choix de pression de pneu de la part de l'équipe de Stoner qui a pénalisé le pilote Honda à partir de la mi course.

 
une victoire qui tombe à pic pour Jorge Lorenzo
 

Il est certain que Casey Stoner a faiblit durant 4 tours (entre le 9ème et le 12ème) ce qui a permis à Lorenzo de revenir mais ensuite l'australien a repris un rythme plus que correct.

On peut alors demeurer dubitatif devant l'argument avancé mais on ne va pas épiloguer cent ans d'autant plus que Stoner avait une épaule en vrac.

Il n'en demeure pas moins que cette défaite (quasiment) à la régulière peut laisser des traces.

D'autant plus que Lorenzo n'est pas Ben Spies et l'aspect psychologique de cette défaite est différent de celui d'Assen mais s'additionne cependant à la déconvenue du GP de Hollande : la passe de 3 au Sachsenring juste avant un Laguna Seca de triste mémoire pour l'australien pourrait engendrer d'autres conséquences...

 
seconde défaite d'affilée pour Casey Stoner ...
 

Alors que nous avons relevé à plusieurs reprises la régularité médiatiquement trop confidentielle d'Andrea Dovizioso à l'inverse nous n'accorderons pas trop d'importance au fait que l'italien ait réussi à devancer Casey Stoner au Mugello.

Tout simplement parce que son dépassement comporte une bonne part de culot et de chance qui ne sont pas le signe d'une réelle supériorité globale sur son adversaire.

Ceci dit Andrea Dovizioso a une nouvelle fois démontré une belle opiniâtreté en course et dans la compétition, une qualité hautement appréciable pour un Team manager : il ne suffit pas d'être bon au chrono ou dans l'esprit de tous, encore faut-il le démontrer GP après GP et ça Andrea Dovizioso est en passe de le réussir course après course.

 
Andrea Dovizioso en embuscade au championnat
 

S'il ne connait pas de coup de mou dans sa seconde partie de saison ou s'il ne se grise pas de ce coup d'éclat au Mugello Andrea Dovizioso prouvera qu'il a mûri.

Et dans ce cas il pourrait continuer de jouer les outsiders jusqu'au bout!

Enfin dernier point fort de l'italien souvent passé sous silence : une condition physique irréprochable.

Ça parait anodin mais pour livrer autant de combats à chaque fois aux avant postes il faut être costaud et comme le spectre de la chute semble, pour le moment, ne pas le hanter rien ne dit que le «3ème pilote du HRC» ne pourrait pas tirer les marrons du feu des batailles entre «les orgueilleux».

Bref Andrea Dovizioso nous parait illustrer parfaitement l'adage : une tête bien pleine dans un corps bien fait.

 
l'essentiel : ne pas se laisser griser par ce coup d'éclat
 
 
pause de charme
 
on reconnait de suite la forme des bicylindres
 
 
Moto GP
la grille de départ - 23 tours - 120 km - 41mn - moyenne 173 km/h

air 29° - humidité 22% - piste 54°

 
sommaire
 
une pensée pour Loris Capirossi toujours forfait
 
 
 
la grille
 

Des conditions très difficiles ont présidé à ces qualifications puisque la piste n'était pas assez sèche pour utiliser les slicks et pas assez mouillée pour les pneus pluie et comme les pilotes n'ont pas droit aux slicks retaillés ou aux intermédiaires...

Bref c'est Casey Stoner qui a signé la pole devant Ben Spies et Marco Simoncelli.

Randy De Puniet est 15ème en 5ème ligne

 
la pole à la roulette (et un peu au talent aussi) pour Casey Stoner
 
Gros coup de chaleur pour Marco Simoncelli qui cale en grille avant le tour de chauffe et réussit à faire démarrer sa moto à la poussette comme au bon vieux temps...
 
 
pause de charme
 
umbrella à lunettes ...
 
 
les pneus
source Bridgestone
 

Tout le monde part avec le même avant dur...

En revanche pour l'arrière c'est beaucoup plus diversifié.

Karel Abraham, Hector Barbera, Randy De Puniet, Colin Edwards, Cal Crutchlow, Dani Pedrosa, Alvaro Bautista et Hiroshi Aoyama s'élancent avec un arrière medium.

 
 
Tandis que les autres Valentino Rossi, Toni Elias, Nicky Hayden, Andrea Dovizioso, Casey Stoner, Marco Simoncelli, Jorge Lorenzo, Ben Spies ont opté pour des gommes dures
 
 
 
le départ
 

Casey Stoner signe le hole shot devant Jorge Lorenzo, Andrea Dovizioso, Ben Spies, Nicky Hayden et Marco Simoncelli.

 
hole shot pour Casey Stoner
 
 
la course
 

Casey Stoner attaque très fort d'entrée et s'assure plusieurs longueurs d'avance sur Jorge Lorenzo alors que Toni Elias bien parti en milieu de peloton fait une goutte d'eau et que Nicky Hayden fait pire en tirant droit dans les graviers avant de repartir...

 
Casey Stoner prend immédiatement ses distances sur Jorge Lorenzo
 

Belle progression de Marco Simoncelli qui a réalisé un départ prudent derrière Nicky Hayden mais qui a bénéficié du tout droit de ce dernier et qui a passé Ben Spies dans les 1ers tours...

 
Marco Simoncelli devant mais Ben Spies
 

Difficile retour à la compétition pour Dani Pedrosa absent depuis le Grand Prix de France et son accrochage avec Marco Simoncelli.

Le pilote du HRC a fait un mauvais départ et se trouve en 13ème position.

 
dificile retour à la compétition pour Dani Pedrosa
 
Les petits jeunes Alvaro Bautista et Hector Barbera se mettent en valeur en occupant de flateuses 6 et 7ème places mais ne perdons pas de vue qu'ils sont partis en pneus tendres.

 

Hector Barbera et Alvaro Bautista profitent de leurs pneus tendres
 

1ère escarmouche dans la bagarre pour la 2ème place que Andrea Dovizioso chipe à Jorge Lorenzo à la faveur d'une petite erreur du pilote Yamaha.

 
Jorge Lorenzo écarte et Andrea Dovizioso en profite
 

Retour au stand tout comme à Assen pour Cal Crutchlow qui se plaint d'un peu avant peu fiable et qui, surtout, reparle, comme à Assen, du risque de retomber sur son épaule blessée à Silverstone ...

Sa blessure à la clavicule serait-elle plus sérieuse, ou moins bénigne, que ce que sa présence sur la piste pourrait laisser penser?

 
nouvel abandon pour Crutchlow qui craint de nouveau pour son épaule
 
 
pause de charme
 
allez juste pour remonter le moral de Randy (bis)
 
 
encore 15 tours
 

Casey Stone n'a pas continué à distancer ses adversaires sur le même rythme qu'en début de course mais l'australien compte quand même 2.359 d'avance sur son coéquipier Andrea Dovizioso.

 
Casey Stoner possède une confortable avance sur Dovi
 

Dans le même temps Jorge Lorenzo tatonne et commet encore une petite erreur qui permet à Dovizioso de se replacer à la seconde place qu'il avait perdu peu de temps auparavant.

 
Lorenzo hésitant dans cette 1ère partie de course
 
Mais le majorquin se réveille à 12 tours de l'arrivée en haussant le rythme et son niveau de pilotage en espérant revenir sur un Casey Stoner en plein ralentissement inexpliqué...
 
petit coup de moins bien pour Casey Stoner
 
A l'arrière Valentino Rossi fait figure de marshall au milieu des jeunes et notamment d'Hector Barbera qui lui tient tête comme un mort de faim.
 
Hector Barbera ne se laisse pas impressionner et s'arsouille avec Rossi
 
 
pause de charme
 
euh... un citron pressé sans glace s'il vous plait
 
 
encore 10 tours
 

Casey Stoner fait toujours la course en tête mais avec moins de superbe qu'en début de GP.

L'australien légèrement blessé possède toujours 1.3 d'avance sur le duo Jorge Lorenzo - Andrea Dovizioso à comparer avec les 2.3 de tout à l'heure.

 
ça va moins bien pour Casey Stoner
 
Marco Simoncelli s'est fait définitivement décrocher par Andrea Dovizioso et se bagarre maintenant avec un Ben Spies très accrocheur et qui mène la vie dure au pilote italien en le repassant d'un bel inter après un dépassement un peu optimiste du pilote Gresini.
 
Ben Spies et Marco Simoncelli plein angle
 

Inexorablement Jorge Lorenzo revient sur Casey Stoner jusqu'à ramarrer la Honda tandis qu'Andrea Dovizioso compte encore quelques longueurs de retard sur les leaders

 
Jorge Lorenzo est revenu sur Casey Stoner
 

Autant battre le fer quand il est chaud.

Sur un changement d'angle Jorge Lorenzo est plus vif et plus rapide que Casey Stoner qui semble en délicatesse avec ses pneumatiques et passe la Honda avant de prendre assez rapidement du champs sur l'australien.

 
Casey Stoner ne peut pas lutter Jorge Lorenzo est le meilleur
 
 
pause de charme
 
......... c'est bon vous pouvez recommencer à respirer.....
 
 
encore 5 tours
 

Jorge Lorenzo semble irrésistible et Casey Stoner dans l'incapacité physique et peut-être technique de suivre la Yamaha à laquelle la victoire parait maintenant promise.

 
Jorge Lorenzo prend le large
 
Un coup à toi un coup à moi cette fois-ci Marco Simoncelli est repassé devant Ben Spies qui ne lâche pas le morceau pour autant...
 
cette fois-ci Marco Simoncelli est devant
 

Autre duel en gestation, celui qui risque d'opposer un Casey Stoner sous la menace directe dans cette fin de course de son coéquipier Andrea Dovizioso.

Mais Casey Stoner est un sacré freineur et ce ne sera pas aisé pour l'italien

 
Andrea Dovizioso littéralement scoché dans la roue de Casey Stoner
 
 
pause de charme
 
on ne dirait pas que l'italie c'est le pays des pâtes
 
 
dernier tour
 

Jorge Lorenzo peut boucler son dernier tour tranquille et remporter le GP par la même occasion car Casey Stoner est très occupé avec Andrea Dovizioso.

 
la victoire de la «reconquista» pour Jorge Lorenzo
 

En effet Andrea Dovizioso décide de jouer son va tout au freinage en bout de ligne droite.

Les deux hommes se la jouent à «celui qui freine le 1er est un lâche».

 
ne pas freiner, ne pas freiner, ne pas freiner
 

Et à ce petit jeu c'est Andrea Dovizioso qui gagne de justesse en gérant tant bien que mal un freinage tardif avec une moto qui bouge dans tous les sens.

Mais comme Casey Stoner a fait pareil il se retrouve mal placé derrière un Andrea Dovizioso qui n'est pas lui non plus sur la trajectoire idéale.

 
Casey Stoner à 2 doigts de toucher la roue arrière d'Andrea Dovizioso
 
Et là un peu comme cela se produit en cross, où parfois le pilote de devant met un petit coup de frein en plein milieu de virage lent, Casey Stoner, bien qu'il ait mieux géré son freinage que Dovizioso se retrouve à 2 doigts de toucher l'arrière d'Andrea qui lui se dépatouille comme il peut de son coup de frein de la dernière chance...
 
Dovizioso a du se ralentir à mort pour passer et c'est Stoner qui trinque
 

Du coup c'est le meilleur pilotage, à savoir celui de Casey Stoner qui boit la tasse sur ce coup là.

Gêné par le ralentissement final plus fort que le sien l'australien est contraint de croiser vers l'extérieur, planté (on retrouve ici la figure de cross) involontairement par Andrea Dovizioso.

 
Casey Stoner écarte largement et perd toutes ses chances
 

Avec des si on referait toutes les courses mais si Casey Stoner, comme Ben Spies un peu avant avait freiné un poil plus tôt il y a fort à parier qu'il aurait pu s'engouffrer à l'intérieur d'un Andrea Dovizioso un peu à la rue sur son freinage extrême...

 
heureusement qu'Alberto Fini était là : Dovi est bien devant Stoner!!!
 

Et pour remuer un peu le couteau dans la plaie, tout comme Marco Simoncelli aurait du le faire sur le généreux et trop optimiste dépassement et freinage du Mans...

Curieusement le HRC n'a publié aucune photo officille montrant Andrea Dovizioso devançant Casey Stoner...

 
Andrea Dovizioso l'a bien arrachée sa seconde place
 

Casey Stoner a beau recoller, Andrea Dovizioso ferme toutes les portes et laisse exprimer une joie bien légitime sur son circuit national.

 
un beau finish de Grand Prix pour Andrea Dovizioso
 
Complément utile à cette arrivée comme on les aime, le duel passé inaperçu entre Ben Spies et Marco Simoncelli qui a tourné à l'avantage de l'américain qui, d'un bel intérieur a passé Marco dans l'ultime tour.
 
Ben Spies double Marco Simoncelli dans le dernier tour
 
 
pause de charme
 
bon d'accord le blanc ça grossit mais quand même
 
 
le podium
 
1. Jorge Lorenzo - 2. Andrea Dovizioso - 3. Casey Stoner

 

 
 
1er Jorge Lorenzo
 
sommaire
 

Je n’avais pas eu d’aussi belle victoire depuis longtemps.

Ma victoire à Jerez n’en était pas vraiment une parce que c’était sous la pluie.

 
 
Jorge Lorenzo

La course a été dure parce qu’il faisait très chaud et que je n’avais pas d’eau dans mon ‘camel back’.

J’ai attaqué et j’ai tout donné !

 
 
Jorge Lorenzo

J’ai essayé de doubler Andrea dans la chicane qui descend et j’ai ensuite fait la même chose avec Casey parce que c’était vraiment l’endroit idéal.

 
 
Jorge Lorenzo

Maintenant nous avons une moto compétitive et j’espère que nous allons garder ce rythme.

Je suis encore plus motivé maintenant et je suis très confiant.

 
 
Jorge Lorenzo

Je pense que ça a été l’une des courses les plus exigeantes de ma carrière.

Ça m’a fait penser aux 125cc, avec beaucoup de dépassements.

 
 
Jorge Lorenzo

J’ai de nouveau pris un bon départ et maintenant j’ai envie de revoir la course à la télé.

Félicitations à toute l’équipe, ils n’ont jamais baissé les bras.

Je savais que ça allait être difficile mais le ‘martillo’ est de retour !

 
 
 
pause de charme
 
escorte girl (si maman voyait ça...)
 
 
2ème Andrea Dovizioso
 
sommaire
 

Le Mugello est toujours un évènement spécial et c’était sensationnel d’être sur le podium.

Aujourd’hui j’étais le premier pilote italien et le seul sur le podium, c’est ce qui rend ce résultat si spécial.

 
 
Andrea Dovizioso

Le soutien du public a été incroyable, tout le monde me soutenait, ils m’ont vraiment motivé, surtout quand je fatiguais en fin de course.

 
 
Andrea Dovizioso

Ce matin nous avions peaufiné les réglages et j’avais un bon feeling.

Nous avons pris un bon départ et nous avons été réguliers durant toute la course bien que nous n’avions plus trop d’adhérence à la fin.

 
 
Andrea Dovizioso

Puis j’ai doublé Casey en fin de course pour prendre la seconde place.

Je voyais qu’il patinait beaucoup lui aussi mais il était très fort sur certains virages, je n’arrivais pas à le doubler où je le voulais mais j’ai finalement réussi.

 
 
Andrea Dovizioso

Cette seconde place est importante pour le Championnat parce qu’elle me donne pas mal de points et nous permet de réduire l’écart.

 

 

Andrea Dovizioso

Casey et Jorge sont très forts mais nous avons montré que nous étions bien là nous aussi.

La saison est longue et nous devons croire en nous. Merci à toute l’équipe et à tous ceux qui m’entourent.

Nous avons une moto pour gagner et nous continuons à travailler dur.

 
 
 
pause de charme
 
on se concentre Xavier on se concentre!!!
 
 
3ème Casey Stoner
 
sommaire
 

Je ne suis pas tout à fait satisfait de ce résultat, nous étions très forts au début de la course et tout était fantastique.

Nous avons cependant eu des problèmes avec les pneus au bout de quelques tours.

 
 
Casey Stoner

Nous pensons que le problème vient du fait que nous n’avions pas choisi la bonne pression pour les pneus étant donnée les températures élevées et nous aurions dû la réduire.

 
 
Casey Stoner

J’ai perdu beaucoup d’adhérence à l’arrière et c’était compliqué.

C’est aussi la raison pour laquelle nous avons été aussi rapides en début de course, les pneus avaient chauffé très vite et étaient performants mais ensuite ils se sont dégradés.

 
 
Casey Stoner

Je suis déçu parce que nous avions le potentiel pour gagner aujourd’hui.

Je pensais pouvoir me battre avec Jorge et Andrea mais Jorge était trop rapide et je n’avais plus de motricité pour répondre à Andrea lorsqu’il est passé devant moi.

C’est quand même un podium et d’importants points mais je suis ici pour gagner.

 
 
 
pause de charme
 
JPP, j'ai pas de potes... c'est vite dit ça
 
 
 
Red Bull Rookie Cup
résultats - la course - le général
 
sommaire
 
la course en vidéo
 
 
 
Arthur Sissis

Ma moto roulait très bien et je me suis fait plaisir, c’était l’une des meilleures courses que j’ai faites. Le plus important était de finir devant Lorenzo Baldassarri, c’était ce que je devais faire.

 
Arthur Sissis
 

Les Rookies ont une fois de plus eu une course sous la pluie.

Parti onzième, Lorenzo Baldassarri est rapidement revenu dans le groupe de tête pour rejoindre Sissis, Vavrous et España et s’échapper avec eux.

 
 

Les quatre Rookies se sont doublés de nombreuses fois mais la piste commençait à sécher et les pneus pluie se dégradaient rapidement.

 
 

Sensationnel sur les freinages, España est passé en tête plusieurs fois, notamment à la fin de la ligne droite des stands, mais s’est toujours fait rattraper par ses rivaux qui profitaient de l’aspiration.

 
Aaron Espana
 

Florian Alt et Xavi Pinsach ont rejoint le groupe de tête en fin de course mais avaient largement endommagé leurs pneus dans leur effort et n’ont pas pu se battre pour le podium dans le dernier tour.

 
Florian Alt
 

Sissis s’est finalement emparé de la victoire devant Vavrous et España, tandis que Baldassari manquait le podium pour la quatrième fois de suite.

 
Arthur Sissis
 
Lorenzo Baldassarri

Je pensais que je pouvais être sur le podium mais dans le dernier virage à gauche j’étais juste derrière Aaron (España) et il a freiné trop tôt.

J’ai dû freiner fort et Tomas, qui était sur une trajectoire différente, en a profité pour nous passer.

La course a été très fun et les premiers tours s’étaient bien passés mais ce n’était plus aussi facile une fois que les pneus se sont dégradés.

 
Lorenzo Baldassarri
 

Alan Techer a terminé 8ème de la course.

Il est 3ème du championnat avec 89 points mais se retrouve distancé au général par Sissis (166 points) et Baldassari (149 points)

 
Alan Techer
 

Sissis a désormais 17 points d’avance sur Baldassarri à cinq courses de la fin de la saison.

Les Rookies se retrouveront au Sachsenring dans deux semaines, avec deux courses prévues sur le circuit allemand.

 
 
 
texte motogp.com
 
 
pause de charme
 
rien de tel que l'amour pour soutenir le moral d'un champion
 
 
haut de page
 
 
 
 
 
 
sommaire
 
Moto GP
 
Moto 2
 
125
 
 
Tech3
 
Pramac - Puniet
 
LCR
 
CIP
 
Johann Zarco
 
Red Bull Rookies Cup
 
 
 
interviews
 
1. Lorenzo
 
2. Dovizioso
 
3. Stoner
 
 
 
résultats
 
classements
 
les grilles
 
le calendrier
 
 
 
 
 
 
PHOTOS Mototribu : Moto GP Mugello
photographe Alberto Fini
2010 - 2009 - 2008 - 2007
 
Johann Zarco
 
 
 
PHOTOS : Moto GP Italie
 
Marco Simoncelli
 
 
 
PHOTOS : la Red Bull Rookies Cup
 
 
 
 
PHOTOS - les pit babes du Mugello
par Alberto Fini
 
 
 
 
PHOTOS - les pit babes du Mugello
par les Teams
pour les frileuses une couverture chauffante et le tour est joué
 
 
 
le circuit du Mugello
 
sommaire
 
 
 
 
 
 
 
forums
 
 
 
 
 
 
sommaire
 
ça aurait pu être mieux
Colin Edwards 9 ème - Crutchlow abandon
 

Comme beaucoup d'autres pilotes le Mugello s'est révélé problématique au niveau des pneus pour le Team Tech3.

Contagion ou placebo va savoir. Toujours est-il que Cal Crutchlow a préféré jeter l'éponge plutôt que de grapiller quelques points ou risquer de se flanquer par terre.

 
Colin Edwards
 
Quant à Colin Edwards même combat sauf que l'américain, pourtant convalescent lui aussi, est resté sur ses roues jusqu'à la fin en se contentant d'un top ten.
 
Colin Edwards
 
Colin Edwards

That was a pretty tough race. Basically we made the wrong rear tyre choice but it was so hard to decide which one was g oing to the better option.

I'd been fast on both options but I felt like there was an advantage with the softer compound.

It seemed easier to do the lap times that I needed to do to get away with the guys at the start.

 
Colin Edwards et Hervé Poncharal
 
Colin Edwards

But I changed my mind a few times because we'd not had the afternoon sessions on Friday or Saturday because of the rain, so we didn't know how the tyre would react in the really hot conditions.

With the track temperature much higher I just never had the grip I expected at the beginning.

 
 
Colin Edwards

It never changed from the first lap to the last. There was no drop in performance, but it never really had the grip I wanted at the beginning.

At the end of the day we made a bad call and sometimes it doesn't work out. To come out of a difficult race with a top ten is still a half decent result, so we move on now and hope for a better race in Germany.

 
Cal Crutchlow
 
 
 
sommaire
 
De Puniet assure ça rassure
14ème
 

Randy De Puniet n'est pas tombé et a assuré miraculeusement quelques points sur le territoire italien de son Team, le tout avec un pneu défectueux.

Pas grand chose à dire, (voire à déclarer) de plus pour le français qui devrait toucher un nouveau chassis pour l'Allemagne qui lui permettra peut-être de se mettre un peu plus en valeur sur le Sachsenring de triste mémoire pour lui (cf 2010).

 
 
Randy De Puniet

Encore une course difficile car après un problème de freins dans les premiers tours, j’ai vu mes pneus se détériorer ce qui ne m’a pas permis de rouler comme je le souhaitais.

 
 
Randy De Puniet

J’avais fait un bon warm up le matin, donc je suis forcément déçu, mais en voyant l’état des pneus à l’arrivée, j’ai déjà eu de la chance de pouvoir finir.

 
difficile de faire des miracles avec un tel pneu...
 
Randy De Puniet
Pour autant je garde le moral, nous travaillons beaucoup pour trouver les solutions à ces problèmes de châssis, et l’usine aussi, nous allons donc bien finir par y arriver.
 
 
 
 
sommaire
 
Toni «hélas»
15ème
 

15ème et dernier à plus de 20' de Randy De Puniet, Toni Elias n'a pas brillé au Mugello sauf au départ, occasion gâchée par une rapide goutte d'eau.

Des résultats toujours catastrophiques mais un classement au général flatteur à la 13ème place, du en bonne partie à des conditions de course particulières durant plusieurs GP depuis le début de la saison.

 
personne derrière Elias malheureusement
 
Le bruit qui court serait que le pilote espagnol aurait jusqu'à Laguna Seca, autrement dit jusqu'à la trève, pour se reprendre faute de quoi il pourrait être débarqué.
 
 

Une solution qui laisserait également au Team Manager Lucio Cecchinello le temps de trouver un éventuel remplacement avant le rendez-vous de la République Tchèque à Brno.

Affaire à suivre

 
 
Toni Elias

Après la séance qualificative d'hier après-midi à l'issue de laquelle j'étais crédité du dernier temps, j'ai voulu prendre le risque de partir en course avec des réglages radicalement différents au niveau du train avant de la moto.

 
 
Toni Elias

Mais cette décision n'a pas été la bonne et j'en ai payé le prix fort pendant le Grand Prix.

Je garde tout de même la satisfaction d'avoir une fois de plus réalisé un départ convaincant et incisif depuis le fond de la grille même si dès le deuxième tour j'ai instantanément été interpelé par l'instabilité du train avant.

 
 
Toni Elias
J'ai donc lutté sur tout le reste de l'épreuve pour ne pas commettre de faute et passer le drapeau à damier, mais des résultats comme celui-là sont évidemment frustrants pour l'équipe et moi-même.
 
 
cliquer sur l'image
 
 
 

Moto 2

Marquez
la grille de départ - 21 tours - 110 km - 40mn - moyenne 165 km/h
air 27 ° - humidité 25% - piste 46°
 
sommaire
 

L'apprentissage de Marc Marquez se poursuit à vitesse grand V comme victoire. Sur le circuit du Mugello l'espagnol a bien géré sa fin de course grace il est vrai à une moto qui respire bien comme on dit, mais pas seulement.

Dans ses duels avec Stefan Bradl ou Bradley Smith le pilote Repsol a fait preuve à la fois de clairvoyance et de réactivité.

Clairvoyance en appréciant correctement le freinage trop limite de l'allemand qui allait le contraindre à élargir et en répliquant immédiatement après une mini gouttelette de sa part dont avait bien su profiter l'anglais.

Bref personne ne niera que la moto de Marc Marquez est extrêmement bien préparée mais on ne pourra pas non plus ignorer le talent de pilotage pur du champion du monde 125 2010.

 
de faux airs de Casey Stoner chez Marc Marquez
 
 
la grille
 

Marc Marquez s'affirme de plus en plus en signant une pole stratosphérique grace à des pneus pluie... usés qui ont fait office de sclicks dans les dernières minutes de la séance qualif alors que la piste s'asséchait...

L'espagnol devance Alex De Angelis dont c'est la 1ère première ligne de la saison et Bradley Smith.

Les français sont loin, Jules Cluzel 33ème en 11ème ligne, Mike Di Meglio 35ème en 12ème ligne et Valentin Debise 38ème en 13ème ligne.

 
une pole d'un autre monde (et un peu chanceuse aussi) pour Marc Marquez
 
 
le départ
 

Marc Marquez signe le hole shot devant Smith, Bradl, Simoon, De Angelis, Kallio, West, Pasini, Rabat et Espargaro.

 
le hole shot pour Marc Marquez
 
 
la course
 

Alors que De Rosa gâche une belle occasion au guidon d'une des prestigieuses moto du Team Aspar, Marc Marquez et Bradley Smith faussent compagnie à tout le monde.

 
Marquez suivi comme son ombre par Smith
 

Voyant cela Stefan Bradl fait l'effort pour revenir mais il trouve Alex De Angelis sur son chemin qui lui fait barrage quelques instants avant de tirer parti de la situation en suivant l'allemand.

 
De Angelis et Bradl s'arsouillent d'entrée
 
A noter le bon départ de Xavier Simeon sur la 3ème Mistral, rouge celle-là, qui tente quelques instants de s'accrocher - difficilemen - à la roue d'Alex De Angelis
 
Xavier Simeon commence à fréquenter la cour des grands
 
 
encore 20 tours
 
Marc Marquez et Bradley Smith mènent toujours la danse mais Bradl et De Angelis sont en passe de recoller au duo de tête tandis que Xavier Simeon s'est fait définitivement décrocher.
 
les 4 mousquetaires
 
Michele ne semble pas se remettre de son podium de Silverstone. Le pilote Gresini chute et abandonne.
 
chute et abandon pour Michele Pirro
 
 
encore 15 tours
 

Le quatuor de tête devient aléatoirement trio à la faveur de la position élastique d'Alex De Angelis qui peine à suivre le rythme des trois pilotes leaders : Marc Marquez, Stefan Bradl et Bradley Smith.

 
Alex De Angelis fait l'élastique
 

Entre les 3 cadors c'est l'intimidation qui prédomine avec un duel psychologique entre Marc Marquez et Stefan Bradl.

L'allemand s'empare du commandement mais Marc Marquez ne semble pas réticent à l'idée d'observer les trajectoires de son principal adversaire.

 
Stefan Bradl s'empare du commandement
 

Un seul pilote est en mesure de revenir sur le groupe de tête, je vous le donne en 1000?

Il ne peut s'agir que de Andrea Iannone qui fait le forcing et entame sans doute son capital pneumatique dans l'aventure.

 
Andrea Iannone à la chasse du groupe de tête
 

Il faut signaler la belle course de Valentin Debise à l'arrière du peloton qui s'est élancé de la 13ème ligne en 38ème position et qui a remonté quasiment une vingtaine de pilotes...

 
Valentin à la lutte avec Mike Di Meglio
 
 

encore 10 tours

 

Alex De Angelis a réussi à se reglisser parmi le groupe de tête ce qui entraine quelques dépassements un léger ralentissement de l'ensemble dont profite Andrea Iannone pour ramarrer.

 
ils sont de nouveau 4 (et bientôt 5)
 
Alors qu'Alex De Angelis bouchonne légèrement Stefan Bradl, Marc Marquez prend quelques longueurs d'avance.
 
très léger avantage pour Marc Marquez
 

Andrea Iannone qui est revenu dans le groupe passe Smith en lui adressant un petit signe au passage...

Signe d'excuse pour un passage osé à l'intérieur ou signe de ralliement du genre «suis moi et tout ira bien»???

 
en course on parle avec les mains
 
Une erreur d'Alex De Angelis le relègue en queue de peloton à la 5ème place derrière Smith, Iannone, Bradl et Marc Marquez toujours légèrement détaché.
 
Stefan Bradl doit demeurer extrêmement vigilant
 
Un second peloton s'est formé derrière les 5 hommes qui met aux prises un surprenant Max Neukirchner et Thomas Luthi.
 
une MZ à al bagarre pour la 5ème place qui l'eût cru en dehors du mouillé
 
 

encore 5 tours

 

Marc Marquez devançait Stefan Bradl de 0.316 et hop l'allemand s'infiltre à l'intérieur à la faveur d'une gouttelette de Marc Marquez qui apprend à ses dépends que toute erreur se paye cash.

 
Bradl reprend l'avantage sur Marquez
 

Sanction identique pour Andrea Iannone qui se fait chiper la 3ème place par un Bradley Smith opportuniste à la faveur là aussi d'une erreur de trajectoire de l'italien.

 
Smith 3ème
 

Il reste 4 tours et Marquez, fort intelligemment, applique une tactique que ses grands frères ont du mal à mettre en pratique (cf Marco Simoncelli au Mans ou Casey Stoner ici même face à Andrea Dovizioso)...

 

 
belle intelligence tactique de Marquez qui laisse passer l'orage Bradl
 
Sur un freinage tardif de Bradl l'espagnol se laisse dépasser par son adversaire sans le coller et avant de le «planter» à l'intérieur comme à la parade lorsque Stefan Bradl est contraint d'élargir un peu plus qu'il ne faudrait.
 
avant de le recroiser à l'intérieur
 
Une «erreur» de Stefan Bradl qui fait mal au moral car l'allemand perd sa seconde place dans la foulée au profit de Bradley Smith qui talonne maintenant Marc Marquez.
 
Smith accroché à la roue arrière de Marquez
 
Crânement le pilote Tech3 va tenter sa chance mais un peu comme Johann Zarco et Terol, la «puissance supérieure» de la moto de Marquez emporte tout sur son passage dans la ligne droite et l'espagnol reprend l'avantage sans coup férir.
 
Bradley Smith un très bref instant leader
 
Marc Marquez lui non plus n'est pas irréprochable, une porte entre ouverte et Bradley Smith s'y engouffre.... dans un droite
 
Smith se glisse astucieusement dans l'espce
 
Mais le suivant est un gauche et Marc Marquez en profite pour répliquer immédiatement. Pousse toi de là que je m'y mette et l'espagnol repasse devant.
 
Marc Marquez réplique instantanément
 
 
dernier tour
 

Marc Marquez attaque en tête ce dernier tour alors que Stefan Bradl fait l'effort et double Smith pour se rapprocher de Marquez.

 
Stefan Bradl en formation d'attaque derrière Marc Marquez
 
Marquez connait la musique. L'espagnol ferme bien toutes les porte tout en s'assurant de la longueur d'avance pour ruiner les espoirs de Stefan Bradl qui ne réussit pas à profiter de l'aspiration de l'espagnol dans la dernière ligne droite.
 
la dernière ligne droite favorable à Marc Marquez
 
 
le podium
 
1. Marc Marquez - 2. Stefan Bradl - 3. Bradley Smith
 
 
les français
 
Jules Cluzel 15ème
 
 
 
Valentin Debise 18ème une belle performance après s'être élancé de la 13ème et dernière ligne et en 38ème position
 
 
 
Mike Di Meglio 24ème
 
 
 
 
Technomag - CIP
sommaire
 
dans un mouchoir de poche
Sofuoglu 10ème - Aegerter 11ème
 

En Italie, sur le tracé très rapide et refait à neuf du Mugello, Kenan Sofuoglu et Dominique Aegerter font une course solide et terminent respectivement 10ème et 11ème dans un groupe en bagarre pour la 6ème place.

 
Kenan Sofuoglu
 

La course a lieu sous le soleil et la chaleur (27°C). Si Kenan rate un peu son départ en perdant une place, Dominique réalise un excellent départ en gagnant 15 places et en se retrouvant juste derrière son coéquipier à la 15ème place.

 
Kenan Sofuoglu
 

Durant toute la course, ils vont rester dans le même groupe, celui en bagarre pour la 6ème place.

Au début, Kenan est en position de prendre la tête du groupe alors que Dominique semble plus en difficulté pour suivre le rythme.

 
Dominique Aegerter
 

Le pilote Suisse reprend ses repères et commence une belle remontée. Au 15ème tour, il vient doubler Kenan pour le gain de la 9ème place.

Kenan réplique rapidement.

Les deux pilotes restent en bagarre pendant deux tours.

 
Kenan Sofuoglu
 

Le pilote turc a le dernier mot sur son coéquipier et se place en 7ème position à l’entame du dernier tour, à 0,79 seconde de son adversaire le plus proche.

Malheureusement, en tentant de gagner une place, il se rate et perd 3 places dans la manœuvre.

Il franchit la ligne d’arrivée en 10ème position, juste devant Dominique.

 
Kenan Sofuoglu
 
Alain Bronec propriétaire du team
 

Avoir nos deux pilotes dans les points une nouvelle fois est une grande satisfaction pour nous.

Kenan aurait pu faire un meilleur résultat, il a le second meilleur tour en course –première Suter - et son dernier tour n’a pas tourné en sa faveur.

 
Kenan Sofuoglu derrière Simone Corsi
 

Je reste content de l’issue, chaque point est bon à prendre ! Dominique a fait un départ extraordinaire après une qualification ratée sous la pluie.

Avec toute l’équipe, nous poursuivrons notre travail pour continuer à avoir nos deux pilotes dans le top 10.

 
Kenan Sofuoglu
 
 
 
125
Terol gagne en puissance
la grille de départ - 20 tours - 104 km - 39 mn - moyenne 157 km/h
air 21° - humidité 33% - piste 40°
 
sommaire
 

Scénario idéal et course parfaite pour Johann Zarco au Mugello. Evidemment dire cela alors que le français a été battu par Nico Terol parait dérisoire et pourtant c'est une très grande satisfaction pour le français.

Qui aurait cru que Johann Zarco roulerait roue dans roue tout un GP en compagnie de Nicolas Terol après les premières courses de la saison?

Si l'on ajoute que l'espagnol possède une moto plus puissante que celle du français on comprend que Johann Zarco a réalisé la course parfaite et emmagasiné encore de l'expérience précieuse à la fois au contact de Terol qui, quoi qu'on en dise, n'est pas non plus une tanche, mais également en menant une nouvelle fois un Grand Prix (prestigieux qui plus est) durant plusieurs tours.

 
Terol et Zarco : la moto la plus rapide a gagné
 

Au classement général la chute de Folger fait évidemment les affaires de Johann de même que la pénalité de Sandro Cortese (pour coup de coude dans la ligne droite d'arrivée) qui le fait rétrograder 12ème.... et qui se fait aussi passer par Johann au général.

Tiens personne ne crie à l'injustice pour Cortese

 
de très bonnes affaires pour Johann au général
 

Mais la 3ème place de l'excellent Maverick Vinales confirme également l'immense talent de ce jeune pilote déjà vainqueur de deux Grands Prix cette année.

Nous verrons ce que la suite des carrières de ces garçons donnera mais à cet instant, avec Johann, mais peut-être même un cran au-dessus du français, Vinales nous parait constituer le meilleur pilote de la catégorie... devant Nico Terol bien sur.

Malgré son jeune age Vinales sait assurer les points et les victoires et se glisser dans les bons coups lorsqu'ils se présentent.

Coup de bol, flair ou déjà le sens de la course, les autres GP nous apporteront sans doute les réponses à ces questions.

Mais à notre sens le véritable adversaire de Johann Zarco cette année (et sans doute les suivantes) n'est autre que Vinales bien plus que Terol.

 
Maverick Vinales de la graine de champion
 
 
la grille
 

La première pole de Johann Zarco.

Le français a flairé le bon coup en mettant gazzz d'entrée et en claquant un chrono en slicks avec deux bonnes aspi en prime comme il l'a évoqué lui-même.

Les conditions humides n'ont plus permis à personne d'améliorer et la séance a tourné court après le 1er 1/4 d'heure.

Johann devance Luis Salom et Sergio Gadea.

Louis Rossi est 10ème en 4ème ligne et Alexis Masbou 20ème en 7ème ligne.

 
La première pole de Johann Zarco.
 
 
le départ
 

Nicolas Terol signe le hole shot devant Luis Salom et Sergio Gadea, mais Johann Zarco qui n'a pas été le plus prompt à s'élance compense rapidement en passant Gadea après le 1er virage et Salom dès le second.

 
le hole shot pour Terol
 
 
la course
 

Nico Terol part très fort pour essayer de décrocher tout le monde d'entrée.

La tactique est payante puisque l'espagnol largue tout le monde, Salom y compris.... sauf Johann Zarco.

 
le début du feuilleton de la course : Terol et Zarco, Salom déjà largué
 

L'un des pilotes les plus doués de la catégorie Maverick Vinales fait l'effort pour revenir sur Luis Salom accompagné par Efren Vasquez.

 
Vinales (devant Vasquez) l'un des grands talents de la 125 avec Zarco
 
 
encore 15 tours
 

Rien de changé en tête de la course. Nico Terol est dans l'incapacité de semer Johann Zarco qui s'accroche remarquablement au sillage de la 125 Aspar en profitant au maximum des aspirations notamment en ligne droite.

 
le duo du Mugello : Nicolas Terol et Johann Zarco
 

Derrière les deux hommes un grupetto de 4 pilotes s'est formé emmené par Vinales et qui comprend également Efren Vasquez, Luis Salom et Hector Faubel.

 
Maverick Vinales emmène les poursuiteurs
 
A l'arrière seul Jonas Folger réussit à changer de groupe en lâchant le sien et en revenant sur le duo Sergio Gadea - Sandro Cortese.
 
Jonas Folger paye sa 21ème place sur la grille
 
 
encore 10 tours
 

Nicolas Terol pousse en améliorant ses chronos pour tenter de distancer Johann Zarco mais rien n'y fait.

Du coup l'espagnol propose au français de prendre le relais.

Il faut dire qu'avec plus de 8' d'avance sur leurs poursuivants les leaders peuvent commencer à la jouer plus tactique même si la vitesse de la moto de Terol laisse peu d'espoir à Johann.

 
c'est au tour de Johann Zarco d'assurer le train
 

Chez les autres français, embrayage cassé Louis Rossi est contraint à l'abandon.

 
Louis Rossi à l'extérieur (#96)
 
Alexis Masbou quant à lui occupe la 20ème place au milieu d'un groupe composé notamment de Niklas Ajo et de Popov (#95) actuel 3ème du championnat d'Italie (CIV) 125.
 
Alexis Masbou (#10) plein cadre entre Ajo et du russe Popov
 
 
encore 5 tours
 
Johann Zarco continue de mener le train tout en ayant volontairement ralenti l'allure afin de ne pas fournir trop d'informations à Nicolas Terol qui ne se gêne pas pour l'observer.
 
Johann Zarco toujours devant
 

Ils sont trois derrière pour se partager la seule 3ème place. Vinales, Efren Vasquez et Faubel.

Luis Salom s'est fait déchocher

 
Vinales, Efren Vasquez et Faubel à la lutte pour la 3ème place
 
Dans l'optique du championnat la chute de Jonas Folger à 3 tours de l'arrivée constitue un rebondissement à l'avantage de Johann Zarco qui va pouvoir, même avec une seconde place, dépasser et prendre ses distances sur l'allemand.
 
la chute pour Jonas Folger
 
 
dernier tour
 
Johann Zarco attaque le dernier tour en tête sans grand espoir car Terol gère bien cette fin de course en demeurant à l'aspiration de Johann jusqu'à l'entrée de la ligne droite où il déboite Johann sans coup férir pour remporter une victoire sans panache.
 
la victoire pour Nico Terol
 
C'est Maverick Vinales qui s'assure de la 3ème place aux dépends de Faubel et Vasquez.
 
Maverick Vinales décroche la 3ème place
 
 
le podium
 
1. Nicolas Terol - 2. Johann Zarco - 3. Maverick Vinales
 
 
les français
 
Johann Zarco 2ème voir ci-dessous
 
 
 
Alexis Masbou 16ème
 
 
 
Louis Rossi a cassé son embrayage
 
lire le compte rendu de Louis Rossi dans le blog
 
 
 
 
Johann Zarco
sommaire
 
la meilleure course possible
2ème
 

Ce Grand Prix d'Italie n'était pas écrit à l'avance mais presque. Johan voulait se coller derrière Terol dès le départ, ce qu'il a réussi à faire et ne plus lâcher l'espagnol jusqu'à la ligne, ce qu'il a réussi à faire : mission accomplie!

 
 

Face à la moto plus puissante de Nico Terol, Johann Zarco ne pouvait espérer mieux que cette seconde place.

Même si la hache de guerre de Barcelone n'est pas forcément enterrée Johann Zarco a prouvé qu'il pouvait faire jeu égal avec Terol sur un circuit avantageant l'espagnol.

 
Johann Zarco au micro de Michel Turco d'Eurosport
 
 

Maintenant il ne reste plus à Johann qu'à trouver le bon circuit pour tirer partie de son pilotage et contrer ainsi la mécanique supérieure de Terol, tout en surveillant comme le lait sur le feu le le jeune et talentueux Maverick Vinales.

 
 
 
 
photographe Mototribu Alberto Fini
photos : Teams - Bridgestone - motogp.com - Red Bull Rookie Cup
textes adrien
mise en page adrien
 
 
haut de page